Equipe

Corinne Aron

Corinne Aron

Comédienne, formatrice en arts dramatiques.

Une licence en sciences sociales peut-elle déboucher sur une carrière théâtrale? J'en suis la preuve vivante. En 1982, après l'université, je rejoins le Collectif 1984, une troupe de fous furieux née depuis peu. On est en 1982. Et dire qu'on pensait qu'il nous restait une possibilité d'empêcher la prophétie d'Orwell de se réaliser... Depuis, d'animations en ateliers, d'interventions en théâtres forums, de théâtres invisibles, en happenings, je n'ai plus décroché. Et puis il y avait le chant, toujours le chant. Parce qu'on n'a pas déchanté, parce qu'on n'a pas reculé, ni baissé les bras ou renoncé, du Collectif 1984 au Collectif Libertalia toujours avec le même objectif, en gardant le cap, toutes voiles dehors. Ce monde a été suffisamment interprété, il s'agit maintenant de le transformer !

Chiara Bondielli

Chiara Bondielli

Comédienne et animatrice.

Tout passe lentement, s’écoule, vit et trépasse. On nait et on meurt, on mange et on dort, on pense et on parle, on parle et on hurle, on discute et on se dispute, on s’exerce et on joue, on étudie et on enseigne, on marche et on court, on nage et on vole, on câline et on aime, on vit et on travaille. On travaille? Stop! Moi aussi je veux dire ce que j’en pense, moi aussi je veux essayer, moi aussi je veux respirer et vivre comme un être humain… Humain? Excusez-moi, je voudrais un billet pour le Théâtre action. Oui ! j’ai dit Théâtre action ! Comment? C’est quoi le Théâtre action? Je vous en prie, ne vous posez pas trop de questions et venez avec moi. Oui, avec moi ! S’il vous plait, pourriez-vous me donner deux billets pour le Théâtre action et on y va ensemble. Attention, rappelez-vous que dans la vie il y a des trains qui ne passent qu’'une fois! Qui suis-je? Une comédienne? Une animatrice? Un corps qui parle et qui écoute.

Marco Borgheresi

Marco Borgheresi

Comédien, formateur en arts dramatiques et animateur.

« On disait que toi tu étais un… et que moi par contre j’étais le… » Tout a commencé comme ça, comme cela se passe d’alleurs pour tous les êtres humains quand ils sont enfants. Mais après on grandit et le jeu qui consiste à « faire semblant d’être quelqu'un d’autre » disparaît inexorablement et tristement, pour laisser place à l’être devenu «grand et mature». Et bien moi, je ne suis pas d’accord. L’idée de n’interpréter dans ma vie qu’un seul personnage bien intégré aux rouages de la société et qui ne me fait plus jouer à « On disait que j’étais… » m’est insupportable. Et je me révolte contre tout qui chercherait à me l’imposer. En faisant et en enseignant le théâtre, je cherche avec beaucoup de plaisir à rencontrer d’autres adeptes de ma façon d’être et de penser. Ne nous endormons pas… vivons la vie !

Pauline Brouyaux

Pauline Brouyaux

Comédienne, formatrice en arts dramatiques.

Quand j’étais petite et que je n’étais pas contente, je cassais les réveille-matins… Je rêvais beaucoup. « Rêve en classe » disait mon bulletin de comportement. Je m’évadais. Je m’évade. Toujours en cavale – pas en fuite, non, en cavale – à l’affût des brèches de tous les murs qui enferment. Et sur ma route, je tisse des liens complices. Parce que la liberté est une aventure collective. Il y a quelques années, j’ai emprunté un chemin sinueux qui ne cesse de m’émerveiller et c’est en chercheuse aventurière que je m’obstine passionnément à explorer les voies théâtrales transformatrices d’un monde plein de réveille-matins, de montres, de bip-bip et tellement pauvre en imagination. Alors avec d’autres humains révoltés et fous d’amour, j’imagine et je ris. Je ris partagé et c’est bon. C’est explosif, c’est de la dynamite à faire péter tous les pessimismes-cynismes-fatalismes. « Rêve en classe ». Oui je rêve mais je ne suis pas endormie, et bien que souvent discrète, dans l’ombre ou à découvert, je tisse, je sème, je fabrique, je crée, je tente d’étendre le champ des possibles...

Robin Carton

Robin Carton

Comédien et animateur.

Rêveur et mathématicien dans l'âme, je me suis approché du Théâtre-action fermement arrimé à l'idée que tout ne se démontre pas par A+B en matière d'humains. Aussi, quittant une première année à l'université je me suis dirigé vers une formation pour comédien-animateur naissante (CASTA de son petit nom), attiré là par une envie, déjà ancienne, d'agir. Outre ce que j'y ai appris, j'y ai surtout trouvé la confirmation que le théâtre était un puissant levier d'action sur le monde, bien plus subversif que tout ce que j'avais pu expérimenter jusque là. Malgré tout, les maths me manquaient et je bouillais d'essayer sur le terrain tout ce dont on discutait à la formation. C'est ainsi que de fil en aiguille je suis arrivé à Libertalia, cherchant à leur côté l'expérience qui me manque et l'occasion de faire, enfin, quelque chose qui me semble avoir une réelle portée. Et me voici aujourd'hui, étudiant en mathématiques, stagiaire en théâtre-action et curieux de tout, prêt à montrer (à défaut de le démontrer) aux autres et à moi même que l'état de spectateur n'est pas une fatalité.

Julie De Cock

Julie De Cock

Comédienne, formatrice en arts dramatiques.

Atteinte depuis plusieurs années d’un virus incurable, de plus en plus contagieux et pour lequel aucun vaccin n’a encore été trouvé, j’ai appris à vivre avec celui-ci et à organiser ma vie en fonction de ce dernier. Pour ce faire, je me déplace toujours munie de mon sac à dos et ma gourde bleue. J’ai déjà tout essayé : la marche, le vélo, le cheval, la voiture, le train, le bus, le tracteur, l’avion (avec modération!) et plus récemment la péniche mais rien n’y fait, il persiste ! Vous l’aurez compris, ce virus n’est autre que le pigeonus voyagorus, plus connu sous le nom de virus nomade. Heureusement, équipée de mon énergie débordante, de mon optimisme et mon bagout agrémenté d’un zeste d’audace, je vais de l’avant et c’est sur le navire Libertalia que j’ai trouvé un pied à terre.

Carine Dubois

Carine Dubois

Comédienne, formatrice en arts dramatiques.

Au rythme de la tong, bercée par le mouvement de la frégate qui nous emporte toutes voiles dehors, les semelles solidement arrimées à la plante des pieds, j'arpente le pont inondé de chaleur et de lumière. Mes aventureux compagnons de voyage sont tout comme moi des hommes-marchandises qui veulent se libérer. Autour de nous, partout de l'espace, dans toutes les directions. Les bons vents qui ont permis que nos chemins se croisent nous font traverser le temps, les océans, les remous, les tempêtes. Dans la soute, plus d'esclaves, mais une salle obscure, le plancher de la scène, où chacun vient rêver son futur. Réalité ou utopie? Qu'importe... Le bateau tient bien le cap et nous sommes légion. Les vents du sud nous apportent les effluves de nouvelles créations, de nouveaux projets... Alors à l'abordage, mille sabords!

Patrick Duquesne

Patrick Duquesne

Metteur en scène et comédien, formateur en art dramatique.

Tout petit, sur terre, on m'a appris le silence, la discipline et l'effacement. C'est probablement par esprit de contradiction que lorsque les ailes me sont poussées, j'ai brusquement éprouvé un irrésistible attrait pour la parole, l'indiscipline et l'expression théâtrale. Un peu plus grand, dans les airs, j'ai découvert avec d'autres drôles d'oiseaux que la parole n'était rien si elle n'était pas collective, urgente et libre. Et le voyage a commencé. De collectifs théâtraux en projets internationaux. Du jeu d'acteur à la poésie non verbale. Dans toutes les langues et sans tabous. Aujourd'hui, un nouvel équipage m'emporte sur de nouvelles scènes, transformant sans relâche le désolant spectacle des guerres quotidiennes en une mise en scène irrévérencieuse de nos questionnements, le tout rythmé par la houle de ces mots que, tout petit, on ne m'avait pas appris: ne vous taisez jamais, désobéissez et ne laissez personne penser à votre place...

Marine Haelterman

Marine Haelterman

Comédienne, formatrice en arts dramatiques.

Un pied, un pas, une chaussure, une envie, un besoin, une route, un choix. Un pied, un autre pas, une autre chaussure, une autre envie, un autre besoin, une autre route, un choix. Un premier pas en sociologie à l'ULB; chaussure en cuir, vernie, serrante. Un premier pas en théâtre à l'IAD; chaussure en toile, trouée, glissante. Un premier pas à l’étranger; chaussure orthopédique, ouverte, rafraichissante. Un premier pas au CFA; chaussure en daim, rouge, amusante. Un premier pas à CASTA; chaussure en silicone, sensible, antidérapante. Au regard de toutes les chaussures que j'ai portées, des différentes empreintes qu'elles ont laissées, c'est, aujourd'hui, dans le nu pied que pas à pas je trace ma route. Un premier pas à Libertalia; je vais nu pied avec en mémoire toutes les semelles qui m'ont guidée.

Samuel Osman

Samuel Osman

Comédien et animateur.

« Je fais du théâtre ». C'est ce que j'ai dit un jour à un ami que je n'avais plus vu depuis longtemps. « C'est génial » m'a-t-il répondu, « moi aussi ça me plairait de faire le pitre sur une scène pendant mon temps libre. Je suis avocat. Et toi, c'est quoi ton métier, alors?”... Au début, c'est vrai, j'ai fait du théâtre comme on raconte une blague et, bien qu'à ce jeu-là je sache que les plus courtes sont les meilleures, je ne suis jamais parvenu à arrêter. Au fil des ans, je me suis pris au jeu. D'amusant passe-temps, être acteur m'est devenu indispensable. J'ai donc continué à jouer... sérieusement! Depuis, j'ai collaboré à toute une série d'ateliers, puis de stages et de projets de formation qui m'ont amené à être acteur dans de multiples spectacles en Belgique, en France, en Italie et ailleurs. Une longue route qui m'a conduit à découvrir le théâtre-action et à me former à cette approche. Outre le métier d'acteur, j'ai donc également appris à utiliser le théâtre pour exprimer ma propre révolte et m'aider à me débarrasser de ces encombrants câbles qu'un marionnettiste fantôme manipule, afin de pouvoir enfin penser et bouger par moi-même.

Céline Spicy

Céline Spicy

Comédienne et animatrice.

Mon parcours pour arriver au théâtre a été plutôt aventureux, aventurier... Après mes études secondaires, j'ai vogué de-ci, de-là, clopin-clopant dans des études supérieures qui ne m'inspiraient pas vraiment. Alors, que faire quand on a vingt-deux ans et qu'on n’a pas envie de suivre la route études-dodo, puis boulot-dodo et enfin retraite-dodo ? On part en voyage! On rencontre des gens, on apprend des langues... On vit! Et puis un jour, on trébuche sur le théâtre et plus tard, on tombe sur le théâtre-action. J'ai tout de suite aimé le théâtre parce que même lorsqu’on travaille, on joue! On redevient un peu des enfants lâchés dans la cour, le temps d'une récréation. On se retrouve dans une bulle de liberté où tout est possible. On s'invente et on réinvente le monde. Avec le travail en atelier, on multiplie les bulles de liberté et tout le monde peut y entrer, oser, jouer, mais aussi dire, rire, crier, démasquer, dénoncer, critiquer... Il n’y a pas longtemps, j'ai pris d'assaut le Collectif Libertalia qui m'a gentiment accepté à bord. Alors en route mauvaise troupe!

Manon Vandervorst

Manon Vandervorst

Comédienne, animatrice et assistante sociale.
Ivan Fernando Zamora

Ivan Fernando Zamora

Comédien et animateur.

C'est par hasard que j'ai commencé mes études d'assistant social, qui m’ont elles-mêmes mené par hasard au théâtre action. « Perdu » diront certains, peut être ... mais -comme dirait Youssoupha- je me rend compte que c'est justement en me perdant que j'ai le mieux réussi à me retrouver. Et ce qui est sûr, c'est qu'il n'y a pour moi rien de plus existant et enrichissant que de se laisser porter au gré des rencontres, de se retrouver dans des endroits improbables avec des gens toujours plus différents les uns des autres. Apprendre chaque jour sur tout et de tout le monde ... Mais attention se laisser porter oui, mais toujours avec une idée en tête : celle de pouvoir être acteur. Acteur de ma vie, acteur de changement, acteur de ce monde, plutôt que de me résoudre à n'être qu'un spectateur passif de son évolution. Avec comme arme, l'imagination, la créativité, j'ai une envie débordante de bousculer les vérités préétablies, "les cases" préfabriquées et le destin trop balisé que la société essaie de nous imposer. Naïf ? Peut-être. Illusoire ? Sûrement. Moi, je préfère penser que je suis, au contraire, tout-à-fait conscient des réalités et que, pour changer les choses, il faut avant tout comprendre les règles du jeu. MAIS ne surtout pas les respecter. Alors pour continuer dans cette belle aventure, c'est avec Libertalia et son équipage que je vais continuer à voguer, sans carte mais en sachant très bien où je vais.